SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Carte scolaire > GT académique, premières indications.
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 21 janvier 2015

JPG - 17.6 ko
GT académique, premières indications.

15 postes devraient être retirés au Jura par le recteur lors du CTA du 21 janvier (d’après les documents préparatoires). Documents annonçant d’abord -13 pour 745 élèves de moins dans le Jura puis -15 pour – 483 élèves lors d’un envoi correctif…

Les modes de calcul changent d’année en année : ils étaient pour la rentrée 2013 basés sur l’écart entre les effectifs prévus et les effectifs constatés, en 2014 entre prévisions et prévisions et pour la rentrée 2015, joli rétropédalage du rectorat qui reprend le mode de calcul habituel : différentiel entre effectifs prévus et effectifs constatés…
De quoi en perdre son algèbre !
Ça n’est pas le mode de calcul et les critères objectifs qui président à la répartition des postes mais bien les modes de calcul et les critères que l’on adapte aux intentions et aux pressions diverses. Rappelons que l’année dernière le changement opportun de mode de calcul avait permis d’attribuer une dotation nulle (+0 poste) au Jura qui annonçait +43 élèves prévus en 2015 alors même que le département constatait une baisse de près de 300 élèves… La Haute Saône avait quant à elle rendu 16 postes eu égard à des prévisions d’effectifs en baisse.

Et cette année donc :
- -15 postes pour le Jura avec une baisse de 483 élèves (variation effectifs prévisionnels rentrée 2015)
- -0 pour la Haute Saône avec -333 élèves
- -3 pour le Doubs avec -12 élèves
- -1 pour le Territoire de Belfort avec -43 élèves.

Le taux d’encadrement (P/E) prévisionnel est en hausse. Le P/E correspond au nombre d’enseignants pour 100 élèves. Ce taux d’encadrement en hausse (P/E 2014 constaté = 5.45 et P/E prévisionnel : 5.51 pour le Jura) permet donc au rectorat de se féliciter en rappelant la priorité au primaire et la promesse de créations de 60 000 postes d’ici 2017. Malgré les calculs académiques excentriques et un flou indescriptible quant aux éléments pris en compte pour répartir la dotation académique de -19 postes ( le rectorat indique pouvoir ébaucher des réponses mais ne donnera aucune explication sur les -19) notre département ne verra aucune amélioration des conditions d’exercice.

En effet le système de dotation a été revu par le Ministère : les critères sociaux et économiques ainsi que la ruralité sont pris en compte (ce que nous réclamions depuis longtemps car ces indicateurs sont particulièrement défavorables). Or le rectorat se refuse à nous donner les indicateurs retenus, le mode de calcul choisi, les compensations établies (et la hauteur de celles-ci) pour la mise en œuvre des nouvelles dispositions arrachées au ministère par les syndicats.
- des postes supplémentaires pour améliorer le régime de décharge des directeurs d’école.
- des postes supplémentaires pour les REP +

Malgré nos multiples demandes il a été impossible de soutirer les informations aux services du rectorat.

Alors comment vérifier l’équité de traitement entre les 4 départements ? Comment vérifier la validité des calculs ?
La prise en compte des spécificités départementales ?
Devons-nous nous fier au sens du vent ?

La force du réel reprenant ses droits, nous savons cependant que l’Inspecteur d’Académie du Jura ne va pouvoir créer les postes supplémentaires pour faire renaître les RASED de leurs cendres, développer le potentiel de remplacement, voire, soyons « utopistes », conforter les dispositifs « plus de maîtres que de classes » et « scolarisation des moins de 3 ans « implantés, jusqu’à présent, très parcimonieusement par l’administration à seule fin d’affichage médiatique !)...

Cette année encore, le budget reste donc bien insuffisant face aux défis que l’Éducation Nationale doit relever : seulement 2511 postes supplémentaires servant donc essentiellement à « absorber » la poussée démographique nationale (23 400 élèves en plus) et à la mise en place des dispositifs de décharge de directeurs et de nouveaux moyens en Éducation Prioritaire.

Le rectorat rappelle sans cesse les 60 000 postes promis…
En 2 ans, le ministère en a crée 4866…II en manque donc 55 000 au bas mot d’ici 2017…

Quel enseignant, en prise avec les réalités des classes, se contenterait des mantras rectoraux ?! (P/E en hausse, + 60 000, +60 000, +60 000…)

Il n’y aura donc pas d’amélioration des conditions de travail pour la grande majorité des collègues à la prochaine rentrée et cela, nous le savons tous puisque les indicateurs de la FSU sont ceux du terrain !

JPG - 85.6 ko