SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Actualité > Suivi de la fréquentation scolaire en maternelle : 2e épisode
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 17 octobre

Suivi de la fréquentation scolaire en maternelle : 2e épisode

Rappel du 1er épisode  : En juillet, la promulgation de l’article 11 de la loi "Pour une École de la confiance" (abaissant l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans) se traduit par son pendant paperassier via le document « aménagement du temps scolaire ». Les équipes doivent le faire remplir à la rentrée par les familles. Certains font, d’autres pas...

2e épisode : La rentrée faite, nouvelle directive de la DSDEN. Les directeurs.trices devront faire remonter mensuellement un tableau afin « d’établir un état des lieux précis concernant l’assiduité des élèves de maternelle dans le département » (sic). Chaque enseignant s’empare donc de sa calculette et de son registre d’appel. Cela alors que l’IA s’était engagé à ce que l’obligation d’instruction des 3 ans ne génère aucune charge de travail supplémentaire (audience de rentrée avec le SNUipp)

Concernant l’état des lieux de la fréquentation, celle des enfants de 3 ans en août 2019 est évaluée à 97 % (source : site education.gouv.fr). Ce taux continue de grimper en même temps que l’âge des enfants. Ainsi, il ne coûte rien aux services de la DSDEN de nous dire qu’ils savent « pouvoir compter sur (nous) pour favoriser une fréquentation régulière des élèves en étroite collaboration avec les familles » (sic).

Quant aux remontées d’effectifs, posons-nous la bonne question : cela améliorera-t-il les conditions d’accueil des enfants de maternelle ? Nos conditions de travail ? La réussite de tous nos élèves ? Si l’on ne peut répondre par l’affirmative, alors c’est que cette demande n’est pas légitime et n’a pas de sens.

Nous possédons les informations de fréquentation dans nos registres d’appel. Ils sont disponibles dans nos classes. L’administration peut les consulter à sa guise, qu’elle n’hésite pas à venir chercher ce dont elle a besoin.

Refusons de nous éparpiller dans des tâches chronophages et énergivores.

Concentrons-nous sur ce qui est important pour nous : le métier et la prise en charge des élèves.

Ne remplissons pas ces tableaux.

Attendons qu’on nous les réclame et proposons la consultation sur place de nos registres d’appel. Faites-nous savoir si vous rencontrez des difficultés.