SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Actualité > Un groupe de travail carte scolaire sans travail !!
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 10 avril

Un groupe de travail carte scolaire sans travail !!

Inédit : un GROUPE DE TRAVAIL SANS TRAVAIL

Nous "sortons" du Groupe de Travail carte scolaire avec l’impression que ce GT ne sert que d’alibi pour un dialogue social ! Nous ne ressortons de ce GT qu’avec un minimum d’infos. Tout est en attente, suspendu à la décision des maires des communes.

Rappel :

Blanquer, dans un élan "clientèliste" simpliste dont il a le secret, a dit : "pas de fermeture en milieu rural sans l’avis des maires, pas plus de 24 en GS maternelle."

Ainsi, nous savons depuis ce mercredi 8 avril, suite au CTA, que notre département est passé de -8 postes à +1.

C’est moins pire, nous en convenons mais cela permettra-t-il l’application des 24 élèves par classe en GS sans gonfler les effectifs des autres classes, cela permettra-t-il à l’inclusion de se faire partout dans de bonnes conditions, cela permettra-il aux remplacements d’avoir lieu, à la formation continue d’exister, aux plus de maîtres que de classes de continuer leurs missions, aux RASED de faire le travail irremplaçable de prévention et de soutien ?

Si la crise que nous traversons met en évidence les inégalités, elle confirme les besoins de plus de service public, de mieux de service public à l’encontre des politiques Macron et Blanquer à l’œuvre. Elle vient redire combien ce combat ne peut être conjoncturel, ni clientéliste, sous peine de conduire à des jours plus sombres.

Nous sommes donc arrivés au GT avec nos questions précises sur les critères pour fermer, les seuils choisis, l’avenir des PDMQDC, des RASED, le nombre de TR ...

Aucune réponse, tout est suspendu aux choix qui seront faits par l’IA de fermer ou non après discussion avec les maires.

Aucun chiffre, aucunes données précises, pour nous permettre de faire notre travail de représentants syndicaux.

Si le travail avec les élus compte, il ne doit pas être au-dessus des instances, du travail des services de l’éducation nationale, des commissaires paritaires et des parents. Qu’en est-il d’ailleurs de l’information aux parents ?

Nous sortons de ce GT en visio conférence avec un goût bizarre de continuité de la méthode BLANQUER : abolition du paritarisme au profit d’un monologue social.

Vous trouverez en pièce jointe un tableau où figurent les infos que nous avons glanées et le compte rendu complet.

Nous nous rapprochons des écoles susceptibles de fermer des classes selon les effectifs que nous avons, pour permettre lors du CTSD du 14 avril d’avancer les arguments contre.

N’hésitez pas, écoles susceptibles d’ouvrir, TR, RASED, PDMQDC, à nous faire parvenir vos interrogations.

ON NE LÂCHE RIEN !

documents joints