SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Actualité > Dimanche, on vote !
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 9 juin

Dimanche, on vote !

Qui a dit « on va payer mieux ceux qui sont prêts à faire des efforts parce que faire des républicains ça ne commence pas le matin à 9 h pour s’arrêter à 17 h quatre ou cinq jours par semaine »

Vous l’avez ?

Et oui c’est Emmanuel Macron, Président de la République, transpirant le mépris.

Dimanche dans les urnes infligeons une défaite politique à l’extrême droite ET au néolibéralisme d’Emmanuel Macron.

Malgré tous les efforts de Macron et de son gouvernement auprès de l’opinion publique, nous ne devons plus être dupes. Lors de son premier quinquennat, il a réussi à imposer son projet libéral aux services publiques. Concernant l’école, Blanquer a piloté de main de maitre ce projet mortifère.

Nous connaissons son programme pour l’éducation dans les 5 années qui viennent, nous avons déjà beaucoup publié à ce sujet : un démantèlement du service public et laïque d’éducation pour le soumettre aux lois du marché et le livrer aux appétits des entreprises à but lucratif.

On sait que Macron va continuer à mépriser les enseignants (voir citation ci-dessus). On sait aussi que sa vision libérale pour l’école et les Services Publics provoque une casse sociale auprès des familles, des élèves et de la société, ainsi qu’un accroissement des inégalités scolaires. S’il obtient une majorité au parlement, ne doutons pas que cette vision sera assumée et poursuivie lors du second quinquennat.

Ce qui nous attend dès la rentrée, c’est un déploiement des évaluations d’écoles pour entrer dans le grand projet de mise en concurrence des établissements. C’est ce que vous attendiez pour sauver l’éducation nationale ???

NON !!!

Les élections législatives sont bien sûr l’occasion de voter contre l’extrême droite dont la xénophobie s’accommode tout à fait des projets libéraux et de l’écrasement de "ceux qui ne sont pas bien nés."

Mais n’oublions pas que c’est aussi l’occasion de ne pas laisser les clés du pouvoir à Jupiter.

Et par les luttes, dans la rue, nous continuerons à nous mobiliser pour les droits des salariés et pour un projet de société écologique et social.

documents joints