SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Carrière > Mouvement > Groupe de travail mouvement
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 17 décembre 2009

Groupe de travail mouvement

déclaration préalable SNUipp 39

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, Le mouvement est un moment important de l’année pour les enseignants. Pour sa mise en œuvre, nous avons à plusieurs reprises mis en garde votre prédécesseur sur les conséquences négatives pour les collègues des nouvelles modalités d’affectation.

Dans toutes nos interventions dans les CAPD et groupes de travail précédents nous n’avons cessé de rappeler les dangers qui pèsent sur l’équité et la transparence des opérations du mouvement « nouvelle formule ». Cette inquiétude, justifiée, a été doublée par le constat d’un mouvement catastrophique l’an dernier déchaînant l’incompréhension des collègues. L’énorme travail fourni par les équipes de l’inspection et les commissaires paritaires, qui nous vous le rappelons ont dû siéger jusqu’au 9 juillet, n’a pas permis de gommer les dysfonctionnements graves du mouvement 2009.

Vous ne pouvez ignorer, M. l’Inspecteur d’Académie, qu’à l’issue du premier mouvement 2007, alors que 504 collègues avaient participé, 258 ont été nommés au 1er mouvement, 151 restaient sans poste. En 2008 478 collègues ont participé, 177 ont été nommés et 169 sont restés sans poste . Il restait alors trois postes d’adjoints et 15 directions vacantes Finalement en 2009 avec les nouvelles modalités du mouvement 541 collègues ont participé, 194 ont obtenu un poste et 203 sont restés sans poste. Sur les 194 collègues nommés à TD, 14 d’entre eux l’ont été sur la base des vœux géographiques. Seulement 3 collègues nommés à TD étaient des PE2 L’année dernière plus de 20% des collègues ayant été informés officieusement par vos services ont vu leur nomination reconsidérée puis changée après les Des incertitudes continuent de planer sur le déroulement réel du mouvement. Comment le logiciel va-t-il gérer la prise en compte des vœux géographiques ? Comment à l’issue du premier mouvement, sur quels critères, transparents et équitables, dans quel ordre vont être affectés les collègues restés sans poste ? Cette année encore nous constatons, à la lecture de votre projet de mouvement r la contradiction flagrante entre la réalité à laquelle nous sommes confrontés et les objectifs affichés par vous :
- faciliter la démarche professionnelle de mobilité par la communication, le conseil et l’information aux candidats à une mutation,
- assurer le droit des personnes à un traitement équitable lors de l’examen de leur demande de mutation,
- assurer une lisibilité des règles du mouvement et notamment des barèmes.

Dans tous ces domaines, comme dans bien d’autres, le ministre continue de manier l’injonction paradoxale. Nous avons dénoncé ce mode de gouvernance au cours des groupes de travail et CAPD l’année dernière. Nous sommes obligés de constater que toutes nos craintes exprimées se sont avérées exactes. Forts de ce constat et porteurs avec la profession des exigences d’équité et de transparence, nous vous demandons solennellement pour le mouvement 2010 et afin de respecter ces exigences
-  de renoncer aux vœux géographiques
-  de permettre la reformulation des vœux à l’issue du premier mouvement et pour toutes les phases d’ajustement
-  de ne pas donner d’informations officieuses aux collègues avant la tenue de la CAPD et avant le contrôle des délégués du personnel que la CAPD ne soit pas seulement un chambre d’enregistrement finale mais que les commissaires paritaires puissent avoir les documents nécessaires pour travailler au plus près du terrain

Voyez ici réaffirmé, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, à travers la défense du paritarisme, notre profond attachement au service public d’éducation et à son fonctionnement démocratique.

Les commissaires paritaires