SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Infos administratives > Consignes syndicales > Grève administrative : la première préoccupation d’un enseignant est la (...)
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 9 septembre 2011

Grève administrative : la première préoccupation d’un enseignant est la pédagogie ! La paperasse viendra après

En 2006 le SNUipp n’a pas signé le protocole de direction, refusant l’embauche de précaires dans les écoles et réclamant des emplois statutaires et pérennes.

Aujourd’hui les questions des EVS et de la direction d’école sont révélatrices. Laisser les directeurs sans aide tout en alourdissant leur charge de travail, c’est faire la démonstration qu’il est impossible de cumuler les fonctions enseignantes et administratives et justifier ainsi les réformes structurelles à venir : fusions des écoles avec les collèges, autonomie des établissements, statut des directeurs… La stratégie est la même depuis 5 ans et on assiste, dans ce cas précis, à une instrumentalisation éhontée de la précarité au service des grandes manœuvres gouvernementales et des petites combines ministérielles.

Dans notre mail aux écoles nous appelions à toutes les actions possibles sur le dossier de la grève administrative.

La démarche unitaire a été proposée au SE-UNSA qui, pour le mois de septembre 2011, lance une consigne proche de la nôtre.

La réponse est négative. Nous le regrettons.

Le SNuipp a construit et porté le mandat de la grève administrative avec la profession. Nous continuons ensemble de le défendre. La paperasse, ce n’est pas notre métier. si c’est utile pour mon école, pourquoi pas…sinon c’est non !

GIF - 10.2 ko