SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Archives > Année scolaire 2012/2013 > Stop aux annonces intempestives !
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 7 mars 2013

Stop aux annonces intempestives !

Vincent Peillon préconise une réduction et un zonage des vacances d’été. Une déclaration intempestive et malvenue, alors qu’il peine toujours à mettre en œuvre sa réforme de la semaine scolaire.

JPG - 36 ko

Décidément, le ministre de l’Éducation nationale ne doute de rien. Déjà en difficulté pour mettre en place sa réforme de l’organisation de la semaine scolaire à la rentrée prochaine, il jette un nouveau pavé dans la mare médiatique et préconise une réduction des vacances d’été. «  Nous devons être capables d’avoir un zonage l’été, deux zones, et nous devons être capables d’avoir six semaines, [de congés] c’est suffisant » a-t-il déclaré dimanche sur BFMTV. Même s’il ne fixe pas de calendrier précis pour la mise en œuvre d’une telle mesure, son objectif est d’ « aller progressivement » vers 37 à 38 semaines de classe durant l’année, contre 36 aujourd’hui. « Cette piste n’est pas à l’ordre du jour actuellement et sera, peut-être, évoquée après 2015 » a rapidement nuancé Matignon.

Poser les bonnes questions

Il est vrai que la réforme des rythmes scolaires est «  un dossier particulièrement sensible, à ce jour pas encore abouti, et qui fait l’objet de suffisamment de tensions, pour ne pas remettre de l’huile sur le feu » a de son côté déploré le secrétaire général du SNUipp-FSU. «  Il faut que Vincent Peillon arrête de faire des annonces intempestives par voie de presse. Il embrouille tout le monde et on ne comprend plus rien aux contours de sa réforme » a-t-il ajouté. Pour le syndicat, il n’y a pas de tabou à débattre de l’organisation de l’année scolaire, notamment pour aller vers une réelle alternance 7 semaines de classe et 2 semaines de vacances. Mais si Vincent Peillon entend relancer le processus de discussion, qu’il le dise clairement...et lui donne un cadre. Le débat y gagnerait sans doute en sérénité.