SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !
http://39.snuipp.fr/spip.php?article503
Formation continue : L’Académie des sciences pour une formation continue de qualité
jeudi, 9 décembre 2010
/ SNUipp du Jura /

Syndicat National Unitaire des Instituteurs, P.E. et P.E.G.C.

- BP 832 – 39008 Lons le Saunier Cedex

Tél : 03 84 47 12 64 – Fax : 03 84 24 50 21

snu39@snuipp.fr

L’Académie des sciences, à la suite des Inspections générales, publie un Avis critiquant la formation continue des enseignants en sciences. Elle émet de multiples recommandations. A-t-elle une chance d’être entendue ?

Un plaidoyer pour la formation continue des enseignants

L’Académie des sciences vient de faire paraître un « avis et recommandations » intitulé « la formation continue des professeurs enseignant les sciences à l’école, au collège et au lycée ». Rédigé par Pierre Léna et Jacques Valleron, il débute par un plaidoyer de la formation continue. « Dans un monde en mutation rapide, est-il raisonnable et possible de tenir ces acteurs essentiels à l’écart d’une formation continue efficace, telle qu’elle s’est peu à peu imposée comme une nécessité, puis une obligation, à toutes les professions ? » Et plus loin, « En outre, il s’agit de science et de technique : ici l’absence de formation continue est plus dommageable encore, alors que l’interdisciplinarité s’impose, les connaissances se bousculent, les pédagogies sont mises en question par de nouveaux modes de communication et d’échange ». Et encore « La formation continue a pour but que tous les professeurs … enseignent une pratique authentique de la science, cette science vivante qui a tellement d’incidences sur la vie quotidienne du citoyen et la marche du monde ».

Un constat sévère

Pour l’Académie les analyses « convergent malheureusement » vers une série de constats : graves insuffisances, crédits en constante diminution, offre centrée sur les instructions ministérielles et trop rarement sur les champs scientifiques, manque de lien entre enseignants et chercheurs, offre illisible, intervenants « maison » et non pas issus du monde scientifique, enquêtes et statistiques peu fiables, nombre très important d’enseignants ne participant à aucune action de FC, budgets introuvables... Alors que près de 90% des enseignants se déclarent convaincus de la nécessité d’une formation continue de qualité, l’Académie note que « le modèle implicite du métier d’enseignant semble demeurer celui d’une profession d’autrefois dont les acteurs ont le choix ou l’initiative de continuer à se former ou non, en se composant un menu personnel ».

Principales recommandations

Donner un élan nouveau en clarifiant l’offre, mettre fin à la chute des moyens, améliorer la qualité, accompagner les premières années d’exercice du métier ; soutenir les initiatives existantes, engager les universités, développer les IREM, créer un diplôme universitaire validant un ensemble de modules de formation ; repenser la formation continue « en recherchant l’appropriation par tous les enseignants de leur formation continue, celle-ci ne pouvant se limiter à traduire les prescriptions institutionnelles », sont les préconisations à court terme de l’Académie. L’ensemble de ces recommandations pourraient être signées - des deux mains – par les organisations syndicales.

Sur le long terme, les propositions de l’Académie méritent d’être discutées : faire évoluer le service des enseignants « pour sortir de l’impossible alternative entre remplacement des professeurs et usage des temps de vacances » ; valoriser les actions de formation validées ; offrir, au côté des stages courts, des périodes plus longues (année ou semestre), à l’université, au moins une fois dans la carrière, pour « une précieuse remise dans le bain de la science »...

Propositions utopiques ? Luc Chatel a annoncé un imminent plan pour les sciences, que retiendra-t-il des bonnes idées de l’Académie ?

3 chiffres

En 2007 – 2008, les disciplines scientifiques (mathématiques et technologie) ont représenté 7% des actions de formation continue des enseignants du 1er degré. Elles ont concerné 13 456 stagiaires pour un volume total de 51 994 journées stagiaires.

Etonnant... et flatteur ! L’Académie considère le SNUipp comme un prestataire externe de la formation continue, à travers son université d’automne, les films qu’il a réalisés, Fenêtres sur cours, Annexes2 p 36, 37, 41).

L’avis de l’Académie des sciences

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !, tous droits réservés.