SNUipp-FSU du Jura : Nous n'entrerons pas dans l'avenir à reculons ! http://39.snuipp.fr/ SNUipp-FSU du Jura : Nous n'entrerons pas dans l'avenir à reculons ! SPIP http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss fr SNUipp-FSU du Jura : Nous n'entrerons pas dans l'avenir à reculons ! snu39@snuipp.fr SNUipp du Jura Tue, 26 May 2020 19:11:57 +0200 0000 :: href="http://39.snuipp.fr/IMG/siteon0.gif" SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons ! http://39.snuipp.fr SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons ! APPLICATION ACCEL : LE RECTEUR JETTE L'EPONGE POUR LE MOMENT...POUR NOUS, C'EST TOUJOURS NON !!! http://39.snuipp.fr/spip.php?article2694 <p class="spip">Comme nous l'avons déjà écrit, mardi soir dernier un mail est arrivé dans les boîtes écoles pour présenter une application ACCEL. Cette application qui était « vendue » par le rectorat (oui c'est du made in académie) comme une aide pour les directeurs/trices et les mairies</p> <p class="spip">Le SNUipp 39 avec les sections départementales SNUipp des 3 autres départements de l'académie se sont donc empressés d'écrire au recteur pour lui demander d'arrêter les frais.</p> <p class="spip">Suite à notre courrier, <strong class="spip">le recteur a décidé de suspendre cette application</strong> jusqu'à nouvel ordre et a demandé hier un entretien auquel ont pu se rendre les camarades du SNUipp 25.</p> <p class="spip">Ils ont réaffirmé que ce nous avions à dire était écrit dans le courrier sauf que peut-être, la colère décrite y était sous-estimée car entre l'écriture du courrier et son envoi, nous avions reçu encore plus d'interpellations qui en témoignaient.</p> <p class="spip">Lors de cet entretien le recteur a indiqué avoir bien entendu l'exaspération, a annoncé sa suspension et rajouté que " l'application allait être retravaillée sous quinzaine et testée par plusieurs directeurs et IEN". Il se donne selon lui le temps de "développer cette application dans le sens d'une forte attention aux terrain et aux directeurs".</p> <h3 class="spip"> <h3 class="spip"> <strong class="spip"> Pas besoin de temps monsieur le recteur !!! Pour nous , c'est <strong class="spip">TOUJOURS NON</strong> et nous demandons le retrait pur et simple de cette application qui s'avère être une usine à gaz chronophage inutile pour les uns comme pour les autres ! </strong> </h3> </h3> Tue, 26 May 2020 14:19:42 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Comme nous l'avons déjà écrit, mardi soir dernier un mail est arrivé dans les boîtes écoles pour présenter une application ACCEL. Cette application qui était « vendue » par le rectorat (oui c'est du made in académie) comme une aide pour les directeurs/trices et les mairies</p> <p class="spip">Le SNUipp 39 avec les sections départementales SNUipp des 3 autres départements de l'académie se sont donc empressés d'écrire au recteur pour lui demander d'arrêter les frais.</p> <p class="spip">Suite à notre courrier, <strong class="spip">le recteur a décidé de suspendre cette application</strong> jusqu'à nouvel ordre et a demandé hier un entretien auquel ont pu se rendre les camarades du SNUipp 25.</p> <p class="spip">Ils ont réaffirmé que ce nous avions à dire était écrit dans le courrier sauf que peut-être, la colère décrite y était sous-estimée car entre l'écriture du courrier et son envoi, nous avions reçu encore plus d'interpellations qui en témoignaient.</p> <p class="spip">Lors de cet entretien le recteur a indiqué avoir bien entendu l'exaspération, a annoncé sa suspension et rajouté que " l'application allait être retravaillée sous quinzaine et testée par plusieurs directeurs et IEN". Il se donne selon lui le temps de "développer cette application dans le sens d'une forte attention aux terrain et aux directeurs".</p> <h3 class="spip"> <h3 class="spip"> <strong class="spip"> Pas besoin de temps monsieur le recteur !!! Pour nous , c'est <strong class="spip">TOUJOURS NON</strong> et nous demandons le retrait pur et simple de cette application qui s'avère être une usine à gaz chronophage inutile pour les uns comme pour les autres ! </strong> </h3> </h3> Quatre questions à Paul Devin sur le nouveau projet de loi créant la fonction de directeur d'école http://39.snuipp.fr/spip.php?article2686 <p class="spip">Le projet de loi créant la fonction de directeur d'école déposé le 12 mai dernier ne créant pas un statut de directeur, d'aucuns pourraient considérer que les changements qu'il induirait seraient en définitive sans conséquence majeure. Ils se méprennent. L'habileté de la proposition est qu'effectivement, renonçant à la création d'un corps spécifique de directeurs d'écoles, elle laisse croire qu'elle n'engage pas de transformations statutaires mais vient seulement répondre aux revendications liées aux conditions d'exercice de la fonction. Il n'en est rien….</p> <p class="spip">Paul Devin, Inspecteur de l'Education nationale, secrétaire général du SNPI-FSU, le syndicat des inspecteurs (IEN et IA-IPR),</p> <p class="spip"><a href="https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/210520/quatre-questions-sur-le-nouveau-projet-de-loi-creant-la-fonction-de-directeur-d-ecole" class="spip_out">Lire l'article de Paul Devin sur son blog dans Mediapart</a></p> Mon, 25 May 2020 13:43:07 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Le projet de loi créant la fonction de directeur d'école déposé le 12 mai dernier ne créant pas un statut de directeur, d'aucuns pourraient considérer que les changements qu'il induirait seraient en définitive sans conséquence majeure. Ils se méprennent. L'habileté de la proposition est qu'effectivement, renonçant à la création d'un corps spécifique de directeurs d'écoles, elle laisse croire qu'elle n'engage pas de transformations statutaires mais vient seulement répondre aux revendications liées aux conditions d'exercice de la fonction. Il n'en est rien….</p> <p class="spip">Paul Devin, Inspecteur de l'Education nationale, secrétaire général du SNPI-FSU, le syndicat des inspecteurs (IEN et IA-IPR),</p> <p class="spip"><a href="https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/210520/quatre-questions-sur-le-nouveau-projet-de-loi-creant-la-fonction-de-directeur-d-ecole" class="spip_out">Lire l'article de Paul Devin sur son blog dans Mediapart</a></p> Enquête ACCEL : STOP ! Une corvée de plus pour les directrices et directeurs. Pour le SNUipp-FSU, c'est NON ! http://39.snuipp.fr/spip.php?article2682 <p class="spip">Incroyable mais vrai ! Le rectorat demande aux directrices et directeurs d'écoles de remplir chaque semaine une enquête sur les prévisions journalières pour la semaine n+2 (ou n+1) de présence de tous les élèves à l'école, à la cantine, au périscolaire et dans les transports.</p> <p class="spip">Il faut le voir pour le croire, alors on vous montre ! Voici (ci-dessous) à quoi ressemble une page de l'application concernant UN élève, que les directrices et directeurs devraient renseigner chaque semaine pour chaque élève ! Jusqu'à 20 clics par élève et par semaine... Et pour remplir, il faut déjà avoir sondé chaque famille sur la présence présumée de l'enfant chaque jour, sa fréquentation de la cantine, du périscolaire et son utilisation des transports scolaires.</p> <dl class='spip_document_3746 spip_documents spip_documents_center' > <dt><img src='http://39.snuipp.fr/IMG/png/application_accel_site.png' width='500' height='248' alt='PNG - 49.1 ko' /></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:350px;'><strong>application accel site</strong></dt> </dl> <p class="spip">Pour le SNUipp-FSU, cette demande est inadmissible pour plusieurs raisons :</p> <p class="spip">> la charge de travail inhérente est excessive, > cette enquête ne sera pas utile aux équipes enseignantes, > l'organisation des temps péri-scolaires et des transports ne relève pas des missions des directrices et directeurs ; à chacun son travail !</p> <p class="spip">Des remontées immédiates ont déjà engendré une modification des délais exigés par le rectorat (renseignements à remonter pour la semaine n+1 au lieu de n+2) laissant la possibilité de renseigner jusqu'au jeudi 28 mai les informations pour la semaine du 2 juin. Cette réponse n'est pas satisfaisante ! Le problème n'est pas seulement une affaire de délais !</p> <p class="spip">Les représentant.es du SNUipp-FSU ont pourtant signalé à plusieurs reprises au recteur et au DASEN que les directeurs et directrices subissaient dans cette période une charge de travail colossale et que la plus grande attention devrait désormais leur être portée (par exemple en évitant de leur demander de répondre à des enquêtes inutiles et de faire le travail des collectivités territoriales).</p> <p class="spip"><strong class="spip"></p> <h3 class="spip">Ainsi, le SNUipp appelle les directrices et directeurs à ne pas remplir ce type d'enquêtes et à limiter les remontées administratives aux seules informations qui leur semblent utiles, gérables et correspondre à leurs missions.</h3> <p class="spip"></strong></p> <p class="spip">N'hésitez pas à solliciter vos représentant.es du SNUipp-FSU dès lors que vous subiriez la moindre pression concernant une absence de remontée !</p> <p class="spip">Les représentant.es du SNUipp-FSU 25, 39, 70 et 90 se sont adressé.es à M. le Recteur par le biais d'un courrier explicitant les raisons de cette consigne syndicale et rappelant l'état de surmenage des directrices et directeurs d'école dans ce contexte de la crise actuelle.</p> <p class="spip">Lire le courrier adressé au Recteur par les 4 sections départementales du SNUipp-FSU de l'académie</p> Mon, 25 May 2020 13:40:30 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Incroyable mais vrai ! Le rectorat demande aux directrices et directeurs d'écoles de remplir chaque semaine une enquête sur les prévisions journalières pour la semaine n+2 (ou n+1) de présence de tous les élèves à l'école, à la cantine, au périscolaire et dans les transports.</p> <p class="spip">Il faut le voir pour le croire, alors on vous montre ! Voici (ci-dessous) à quoi ressemble une page de l'application concernant UN élève, que les directrices et directeurs devraient renseigner chaque semaine pour chaque élève ! Jusqu'à 20 clics par élève et par semaine... Et pour remplir, il faut déjà avoir sondé chaque famille sur la présence présumée de l'enfant chaque jour, sa fréquentation de la cantine, du périscolaire et son utilisation des transports scolaires.</p> <dl class='spip_document_3746 spip_documents spip_documents_center' > <dt><img src='http://39.snuipp.fr/IMG/png/application_accel_site.png' width='500' height='248' alt='PNG - 49.1 ko' /></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:350px;'><strong>application accel site</strong></dt> </dl> <p class="spip">Pour le SNUipp-FSU, cette demande est inadmissible pour plusieurs raisons :</p> <p class="spip">> la charge de travail inhérente est excessive, > cette enquête ne sera pas utile aux équipes enseignantes, > l'organisation des temps péri-scolaires et des transports ne relève pas des missions des directrices et directeurs ; à chacun son travail !</p> <p class="spip">Des remontées immédiates ont déjà engendré une modification des délais exigés par le rectorat (renseignements à remonter pour la semaine n+1 au lieu de n+2) laissant la possibilité de renseigner jusqu'au jeudi 28 mai les informations pour la semaine du 2 juin. Cette réponse n'est pas satisfaisante ! Le problème n'est pas seulement une affaire de délais !</p> <p class="spip">Les représentant.es du SNUipp-FSU ont pourtant signalé à plusieurs reprises au recteur et au DASEN que les directeurs et directrices subissaient dans cette période une charge de travail colossale et que la plus grande attention devrait désormais leur être portée (par exemple en évitant de leur demander de répondre à des enquêtes inutiles et de faire le travail des collectivités territoriales).</p> <p class="spip"><strong class="spip"></p> <h3 class="spip">Ainsi, le SNUipp appelle les directrices et directeurs à ne pas remplir ce type d'enquêtes et à limiter les remontées administratives aux seules informations qui leur semblent utiles, gérables et correspondre à leurs missions.</h3> <p class="spip"></strong></p> <p class="spip">N'hésitez pas à solliciter vos représentant.es du SNUipp-FSU dès lors que vous subiriez la moindre pression concernant une absence de remontée !</p> <p class="spip">Les représentant.es du SNUipp-FSU 25, 39, 70 et 90 se sont adressé.es à M. le Recteur par le biais d'un courrier explicitant les raisons de cette consigne syndicale et rappelant l'état de surmenage des directrices et directeurs d'école dans ce contexte de la crise actuelle.</p> <p class="spip">Lire le courrier adressé au Recteur par les 4 sections départementales du SNUipp-FSU de l'académie</p> <dl class='spip_document_3736 spip_documents spip_documents_left' style='float:left;width:120px;'> <dt><img src='http://39.snuipp.fr/IMG/jpg/PES-3.jpg' width='80' height='80' alt='JPG - 5 ko' /></dt> </dl> Modalité de titularisation des M2 pour l'année scolaire 2019-2020 http://39.snuipp.fr/spip.php?article2678 <p class="spip">Dans l'académie de Besançon, les stagiaires seront soumis à un entretien qui remplacera la cinquième visite mais ne sera pas le seul déterminant de la validation de la titularisation car le jury de cet entretien aura également un échange avec le PEMF tuteur (qui a suivi le stagiaire tout au long de l'année) pour définir l'avis final.</p> <p class="spip">Les PEMF n'ont pas soutenu cette modalité lors du conseil d'école de l'INSPE et le SNUipp-FSU est intervenu auprès du Recteur pour faire valoir la difficulté dans laquelle les stagiaires se trouvaient au vu du contexte de crise sanitaire avec les examens, le mémoire etc.</p> <p class="spip">Il nous est demandé de relayer une parole rassurante. Cet entretien ne doit pas être vécu comme une nouvelle épreuve du concours mais comme un moment d'échange constructif. Il ne doit pas représenter une angoisse supplémentaire pour les enseignants stagiaires. Le SNUipp 39 reste à la disposition de ceux ci en cas de besoin.</p> Mon, 25 May 2020 11:30:11 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Dans l'académie de Besançon, les stagiaires seront soumis à un entretien qui remplacera la cinquième visite mais ne sera pas le seul déterminant de la validation de la titularisation car le jury de cet entretien aura également un échange avec le PEMF tuteur (qui a suivi le stagiaire tout au long de l'année) pour définir l'avis final.</p> <p class="spip">Les PEMF n'ont pas soutenu cette modalité lors du conseil d'école de l'INSPE et le SNUipp-FSU est intervenu auprès du Recteur pour faire valoir la difficulté dans laquelle les stagiaires se trouvaient au vu du contexte de crise sanitaire avec les examens, le mémoire etc.</p> <p class="spip">Il nous est demandé de relayer une parole rassurante. Cet entretien ne doit pas être vécu comme une nouvelle épreuve du concours mais comme un moment d'échange constructif. Il ne doit pas représenter une angoisse supplémentaire pour les enseignants stagiaires. Le SNUipp 39 reste à la disposition de ceux ci en cas de besoin.</p> Enquête ACCEL : les 4 sections du SNUipp-FSU de l'Académie écrivent au Recteur http://39.snuipp.fr/spip.php?article2674 <p class="spip">M. le Recteur,</p> <p class="spip">Nous vous interpellons aujourd'hui par rapport aux conditions de travail des enseignants du premier degré qui assument la fonction de directrices et directeurs d'écoles. La surcharge de travail liée à cette fonction est identifiée et reconnue par l'administration. Une première réflexion avait eu lieu dans le cadre des “chantiers métier” en 2013 et des groupes de travail ont été commandités par le ministère durant cette année scolaire 2019/2020 suite au suicide de notre collègue Christine Renon. Les travaux sont en suspens mais pour l'heure, aucune amélioration n'est envisagée.</p> <p class="spip">Les conséquences de la crise actuelle sur l'organisation de l'enseignement primaire mettent en première ligne les enseignants directrices et directeurs. En plus du poids des responsabilités souvent confondues par l'administration avec celles incombant aux chefs d'établissement du second degré, la charge de travail est colossale et même aujourd'hui devenue insurmontable.</p> <p class="spip">Les équipes enseignantes, les directrices et les directeurs gardent en mémoire le goût amer de l'enquête académique réalisée début mai concernant l'intention des parents de re-scolariser leurs enfants à partir du 14 mai. Cette enquête n'était pas adaptée ni compréhensible par les parents puisqu'elle ne tenait pas compte des niveaux accueillis, de la rentrée progressive ni des dates d'ouverture des écoles différentes selon les communes. Il n'était pas précisé si cela faisait office d'”inscription” ou non. De plus, l'enquête n'était pas accessible pour toutes les familles.</p> <p class="spip">Mais le pire résidait certainement dans la difficulté engendrée pour les équipes enseignantes car les résultats ont été communiqués aux écoles anonymisés, ce qui rendait impossible leur utilisation. Les enseignants ont donc dû solliciter une seconde fois l'ensemble des parents pour savoir s'ils souhaitaient re-scolariser leurs enfants en leur expliquant que l'enquête qu'ils avaient éventuellement remplie par internet ne donnait en fait aucune information pour l'organisation des écoles !</p> <p class="spip">La mise en oeuvre de la toute nouvelle application ACCEL communiquée aux écoles mardi 19 mai à 21h30 est le “coup de trop” porté aux directrices et directeurs ! Remplir chaque semaine une enquête sur les prévisions journalières pour la semaine n+2 (ou n+1) de présence de tous les élèves à l'école, à la cantine, au périscolaire et dans les transports représente une quantité de travail excessive qui en outre, ne relève pas des missions des directrices et directeurs. Jusqu'à vingt “clics” par élève et par semaine sur l'application : cela n'est pas envisageable, surtout que cela nécessitera un travail préalable de sondage hebdomadaire de l'ensemble des familles. Une fois ce sondage réalisé, l'application, tellement chronophage, devient inutile aux enseignants ! Les équipes sont en capacité de déterminer la façon la plus convenable en fonction de leur contexte de travail de connaître les éléments qui leur sont utiles à l'organisation de la scolarisation. Celles des activités périscolaires (pas assez détaillée dans ACCEL, de surcroît !) et des transports doivent reposer sur d'autres personnes/services (collectivités locales, région) que les directrices et directeurs d'écoles. La responsabilité de l'organisation des temps périscolaires et des transports scolaires ne leur incombe pas !</p> <p class="spip">Le courrier d'accompagnement présente cette application comme une aide aux directrices et directeurs d'écoles : « Avant la fin de la semaine, ACCEL vous proposera des restitutions telles que : le nombre d'élèves souhaitant bénéficier de la restauration scolaire ou être inscrits en périscolaire, ou le nombre d'élèves par circuit pour les transports scolaires. ». Les directrices et directeurs d'écoles doivent-ils réellement considérer comme une aide la possibilité d'avoir accès aux informations qu'ils auront eux-mêmes renseignées une ou deux semaines plus tôt ? Cette application ne représente finalement aucun intérêt pour les écoles et les équipes et leur inflige au contraire un surcroît de travail. C'est pourtant bien d'aide dont les équipes ont besoin dans cette période et non de charges supplémentaires ! Depuis le début du confinement, les directrices et directeurs ont été sollicités à de multiples reprises pour remplir un nombre incalculable d'enquêtes administratives parfois répétitives ou redondantes, pour appliquer des consignes hiérarchiques parfois incompréhensibles, inadaptées ou contradictoires et pour se substituer au travail des collectivités territoriales. Dans le même temps, ils ont dû, avec leurs collègues, veiller dans la mesure du possible à ce qu'aucun élève ne se retrouve isolé tout en maintenant les collectifs de travail en distanciel. Ils ont continué à être les interlocuteurs des IEN, des parents et des élus, tout en, accompagnant les élèves de leur propre classe (pour l'immense majorité d'entre eux).</p> <p class="spip">Nous vous demandons aujourd'hui la plus grande attention envers ces enseignants qui sonnent l'alerte et témoignent d'une réelle souffrance face à l'ampleur de la tâche. Cette difficulté est alourdie par le poids des responsabilités dont la limite manque cruellement de clarté et parfois d'insupportables pressions émanant de la hiérarchie, des parents d'élèves et des élus.</p> <p class="spip">Au vu de ce contexte, le retrait de l'application ACCEL apparaît comme une mesure minimale d'urgence pour le respect des conditions de travail des enseignants. Pour cette raison, le SNUipp-FSU propose aux directrices et directeurs de s'affranchir du travail de son renseignement et s'engage auprès d'eux à les accompagner en cas de pressions subies.</p> <p class="spip">Nous vous prions de croire, M. le Recteur, en notre profond attachement au Service public d'éducation.</p> <p class="spip">Romain Champion et Karine Laurent, co-secrétaires du SNUipp-FSU 25 Mallorie Cousson et Séverine Duparet, co-secrétaires du SNUipp-FSU 39 Arnaud Balizet, Sophie Donzelot, Gaelle Fournet et Fanny Grandvoinet, co-secrétaires du SNUipp-FSU 70 Anne Forgerit, Peggy Goepfert, et Sonia Lorenne, co-secrétaires du SNUipp-FSU 90</p> Sat, 23 May 2020 17:07:23 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">M. le Recteur,</p> <p class="spip">Nous vous interpellons aujourd'hui par rapport aux conditions de travail des enseignants du premier degré qui assument la fonction de directrices et directeurs d'écoles. La surcharge de travail liée à cette fonction est identifiée et reconnue par l'administration. Une première réflexion avait eu lieu dans le cadre des “chantiers métier” en 2013 et des groupes de travail ont été commandités par le ministère durant cette année scolaire 2019/2020 suite au suicide de notre collègue Christine Renon. Les travaux sont en suspens mais pour l'heure, aucune amélioration n'est envisagée.</p> <p class="spip">Les conséquences de la crise actuelle sur l'organisation de l'enseignement primaire mettent en première ligne les enseignants directrices et directeurs. En plus du poids des responsabilités souvent confondues par l'administration avec celles incombant aux chefs d'établissement du second degré, la charge de travail est colossale et même aujourd'hui devenue insurmontable.</p> <p class="spip">Les équipes enseignantes, les directrices et les directeurs gardent en mémoire le goût amer de l'enquête académique réalisée début mai concernant l'intention des parents de re-scolariser leurs enfants à partir du 14 mai. Cette enquête n'était pas adaptée ni compréhensible par les parents puisqu'elle ne tenait pas compte des niveaux accueillis, de la rentrée progressive ni des dates d'ouverture des écoles différentes selon les communes. Il n'était pas précisé si cela faisait office d'”inscription” ou non. De plus, l'enquête n'était pas accessible pour toutes les familles.</p> <p class="spip">Mais le pire résidait certainement dans la difficulté engendrée pour les équipes enseignantes car les résultats ont été communiqués aux écoles anonymisés, ce qui rendait impossible leur utilisation. Les enseignants ont donc dû solliciter une seconde fois l'ensemble des parents pour savoir s'ils souhaitaient re-scolariser leurs enfants en leur expliquant que l'enquête qu'ils avaient éventuellement remplie par internet ne donnait en fait aucune information pour l'organisation des écoles !</p> <p class="spip">La mise en oeuvre de la toute nouvelle application ACCEL communiquée aux écoles mardi 19 mai à 21h30 est le “coup de trop” porté aux directrices et directeurs ! Remplir chaque semaine une enquête sur les prévisions journalières pour la semaine n+2 (ou n+1) de présence de tous les élèves à l'école, à la cantine, au périscolaire et dans les transports représente une quantité de travail excessive qui en outre, ne relève pas des missions des directrices et directeurs. Jusqu'à vingt “clics” par élève et par semaine sur l'application : cela n'est pas envisageable, surtout que cela nécessitera un travail préalable de sondage hebdomadaire de l'ensemble des familles. Une fois ce sondage réalisé, l'application, tellement chronophage, devient inutile aux enseignants ! Les équipes sont en capacité de déterminer la façon la plus convenable en fonction de leur contexte de travail de connaître les éléments qui leur sont utiles à l'organisation de la scolarisation. Celles des activités périscolaires (pas assez détaillée dans ACCEL, de surcroît !) et des transports doivent reposer sur d'autres personnes/services (collectivités locales, région) que les directrices et directeurs d'écoles. La responsabilité de l'organisation des temps périscolaires et des transports scolaires ne leur incombe pas !</p> <p class="spip">Le courrier d'accompagnement présente cette application comme une aide aux directrices et directeurs d'écoles : « Avant la fin de la semaine, ACCEL vous proposera des restitutions telles que : le nombre d'élèves souhaitant bénéficier de la restauration scolaire ou être inscrits en périscolaire, ou le nombre d'élèves par circuit pour les transports scolaires. ». Les directrices et directeurs d'écoles doivent-ils réellement considérer comme une aide la possibilité d'avoir accès aux informations qu'ils auront eux-mêmes renseignées une ou deux semaines plus tôt ? Cette application ne représente finalement aucun intérêt pour les écoles et les équipes et leur inflige au contraire un surcroît de travail. C'est pourtant bien d'aide dont les équipes ont besoin dans cette période et non de charges supplémentaires ! Depuis le début du confinement, les directrices et directeurs ont été sollicités à de multiples reprises pour remplir un nombre incalculable d'enquêtes administratives parfois répétitives ou redondantes, pour appliquer des consignes hiérarchiques parfois incompréhensibles, inadaptées ou contradictoires et pour se substituer au travail des collectivités territoriales. Dans le même temps, ils ont dû, avec leurs collègues, veiller dans la mesure du possible à ce qu'aucun élève ne se retrouve isolé tout en maintenant les collectifs de travail en distanciel. Ils ont continué à être les interlocuteurs des IEN, des parents et des élus, tout en, accompagnant les élèves de leur propre classe (pour l'immense majorité d'entre eux).</p> <p class="spip">Nous vous demandons aujourd'hui la plus grande attention envers ces enseignants qui sonnent l'alerte et témoignent d'une réelle souffrance face à l'ampleur de la tâche. Cette difficulté est alourdie par le poids des responsabilités dont la limite manque cruellement de clarté et parfois d'insupportables pressions émanant de la hiérarchie, des parents d'élèves et des élus.</p> <p class="spip">Au vu de ce contexte, le retrait de l'application ACCEL apparaît comme une mesure minimale d'urgence pour le respect des conditions de travail des enseignants. Pour cette raison, le SNUipp-FSU propose aux directrices et directeurs de s'affranchir du travail de son renseignement et s'engage auprès d'eux à les accompagner en cas de pressions subies.</p> <p class="spip">Nous vous prions de croire, M. le Recteur, en notre profond attachement au Service public d'éducation.</p> <p class="spip">Romain Champion et Karine Laurent, co-secrétaires du SNUipp-FSU 25 Mallorie Cousson et Séverine Duparet, co-secrétaires du SNUipp-FSU 39 Arnaud Balizet, Sophie Donzelot, Gaelle Fournet et Fanny Grandvoinet, co-secrétaires du SNUipp-FSU 70 Anne Forgerit, Peggy Goepfert, et Sonia Lorenne, co-secrétaires du SNUipp-FSU 90</p> Chaine humaine pour l'hôpital Public mercredi 20 mai (Dole Pasteur) http://39.snuipp.fr/spip.php?article2670 <p class="spip">Vous trouverez ci-dessous un appel à une chaine humaine autour de l'hôpital Pasteur de Dole</p> <h3 class="spip">Bonjour à toutes et tous, <p class="spip">Avec le déconfinement revient le temps de la mobilisation.</p> <p class="spip">Car les applaudissements ne suffisent pas face au gouvernement qui est prêt, pour l'hôpital, à repartir comme avant. Les services de réanimation ouverts dans les hôpitaux sont en train de fermer ; les primes aux soignants (qui ne sont pas les revalorisations de salaires attendues) sont reportées à juin ; la même logique est toujours en marche.</p> <h3 class="spip">Nous vous proposons de participer à une Chaîne Humaine autour de l'hôpital Pasteur de Dole, mercredi prochain 20 mai à partir de 17H30, en respectant les distances entre nous. <p class="spip">Nous pourrions renouveler l'action autour de l'hôpital St Ylie, et dans les rues de Dole par la suite.</p> </h3> <p class="spip">Vous trouverez ci-joint un flyer pour mercredi, une image d'homme (ou femme) sandwich pour vous inspirer, et ci-dessous des idées pour vos pancartes.</p> <p class="spip">Ce serait bien de vous "inscrire" à la chaîne afin que nous sachions à peu près combien nous serons.</p> <p class="spip">N'hésitez pas à faire suivre ce mail à vos amis, connaissances qui sont sûrement nombreux à être prêts à descendre dans la rue aux côtés des soignants, pour défendre des moyens aujourd'hui pour l'hôpital public. A mercredi, bien cordialement.</p> <p class="spip">Axel Fricke et Laurence Bernier</p> </h3> <hr class="spip" /> <p class="spip">CHAINE HUMAINE AUTOUR DE L'HOPITAL PASTEUR Mercredi 20 mai Je serai un maillon : nom................................. prénom............................................................ mail .................................................... ou tél.....................</p> <hr class="spip" /> <p class="spip">I DEES</p> <h3 class="spip">POUR VOS PANCARTES</h3> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> PAS DE RETOUR A L'ANORMAL</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> ON N'OUBLIE PAS</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> DU FRIC, POUR L'HOPITAL PUBLIC</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> DE L'ARGENT POUR L'HOPITAL, PAS POUR LE CAPITAL</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> NON A L'HOPITAL ENTREPRISE - LES PATIENTS NE SONT PAS UNE MARCHANDISE</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> AUGMENTER LES SALAIRES DES SOIGNANTS</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> MAINTENANT SOYONS PREVOYANTS - MAINTIEN DE LA REANIMATION</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> MAINTIEN DE LA CHIRURGIE CONVENTIONNELLE</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> DES MOYENS POUR NOS "HEROS"</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> HOPITAL SACRIFIE , POPULATION EN DANGER</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> SOIGNANTS/PATIENTS UNIS POUR DEFENDRE NOTRE HOPITAL</p> <p class="spip"><i class="spip">COMITE DE DEFENSE DES HOPITAUX PUBLICS DE DOLE - Association Loi 1901 Membre de la Coordination nationale des comités de défense des Hôpitaux et maternités de proximité 14 rue de la Bière 39100 DOLE</p> <p class="spip">comitedefensehopitauxdole@gmail.com</i></p> <p class="spip">ACCES AUX SOINS POUR TOUTES ET TOUS PARTOUT</p> Tue, 19 May 2020 10:33:08 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Vous trouverez ci-dessous un appel à une chaine humaine autour de l'hôpital Pasteur de Dole</p> <h3 class="spip">Bonjour à toutes et tous, <p class="spip">Avec le déconfinement revient le temps de la mobilisation.</p> <p class="spip">Car les applaudissements ne suffisent pas face au gouvernement qui est prêt, pour l'hôpital, à repartir comme avant. Les services de réanimation ouverts dans les hôpitaux sont en train de fermer ; les primes aux soignants (qui ne sont pas les revalorisations de salaires attendues) sont reportées à juin ; la même logique est toujours en marche.</p> <h3 class="spip">Nous vous proposons de participer à une Chaîne Humaine autour de l'hôpital Pasteur de Dole, mercredi prochain 20 mai à partir de 17H30, en respectant les distances entre nous. <p class="spip">Nous pourrions renouveler l'action autour de l'hôpital St Ylie, et dans les rues de Dole par la suite.</p> </h3> <p class="spip">Vous trouverez ci-joint un flyer pour mercredi, une image d'homme (ou femme) sandwich pour vous inspirer, et ci-dessous des idées pour vos pancartes.</p> <p class="spip">Ce serait bien de vous "inscrire" à la chaîne afin que nous sachions à peu près combien nous serons.</p> <p class="spip">N'hésitez pas à faire suivre ce mail à vos amis, connaissances qui sont sûrement nombreux à être prêts à descendre dans la rue aux côtés des soignants, pour défendre des moyens aujourd'hui pour l'hôpital public. A mercredi, bien cordialement.</p> <p class="spip">Axel Fricke et Laurence Bernier</p> </h3> <hr class="spip" /> <p class="spip">CHAINE HUMAINE AUTOUR DE L'HOPITAL PASTEUR Mercredi 20 mai Je serai un maillon : nom................................. prénom............................................................ mail .................................................... ou tél.....................</p> <hr class="spip" /> <p class="spip">I DEES</p> <h3 class="spip">POUR VOS PANCARTES</h3> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> PAS DE RETOUR A L'ANORMAL</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> ON N'OUBLIE PAS</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> DU FRIC, POUR L'HOPITAL PUBLIC</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> DE L'ARGENT POUR L'HOPITAL, PAS POUR LE CAPITAL</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> NON A L'HOPITAL ENTREPRISE - LES PATIENTS NE SONT PAS UNE MARCHANDISE</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> AUGMENTER LES SALAIRES DES SOIGNANTS</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> MAINTENANT SOYONS PREVOYANTS - MAINTIEN DE LA REANIMATION</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> MAINTIEN DE LA CHIRURGIE CONVENTIONNELLE</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> DES MOYENS POUR NOS "HEROS"</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> HOPITAL SACRIFIE , POPULATION EN DANGER</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> SOIGNANTS/PATIENTS UNIS POUR DEFENDRE NOTRE HOPITAL</p> <p class="spip"><i class="spip">COMITE DE DEFENSE DES HOPITAUX PUBLICS DE DOLE - Association Loi 1901 Membre de la Coordination nationale des comités de défense des Hôpitaux et maternités de proximité 14 rue de la Bière 39100 DOLE</p> <p class="spip">comitedefensehopitauxdole@gmail.com</i></p> <p class="spip">ACCES AUX SOINS POUR TOUTES ET TOUS PARTOUT</p> Des hauts fonctionnaires du ministère dénoncent le projet réactionnaire de JM Blanquer http://39.snuipp.fr/spip.php?article2666 <h3 class="spip"> « Nous observons, consternés, un système éducatif détourné de ses fondements républicains et de ses valeurs et ne pouvons nous taire ».</h3> <p class="spip">Dans une tribune publiée sur le site du Café Pédagogique, une quinzaine de hauts fonctionnaires du Ministère de l'Education Nationale (Dasen, inspecteurs généraux, cadres du ministère) dénoncent le double discours permanent de Jean-Michel Blanquer et les conséquences de sa politique pour l'école.</p> <p class="spip">« Le terrifiant verrouillage en cours du débat démocratique sur les enjeux et les finalités d'une École pour tous ne se fera pas avec notre contribution car nous ne voulons pas, nous, enseignants, formateurs, chercheurs, inspecteurs du premier et second degrés, inspecteurs généraux, directeurs académiques, cadres de l'administration centrale, trahir l'École de la République et ses idéaux. »</p> <p class="spip">Lire la suite sur <a href="http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2020/05/14052020Article637250435761243497.aspx" class="spip_out">le site du Café Pédagogique</a></p> Tue, 19 May 2020 10:23:29 +0200 SNUipp du Jura <h3 class="spip"> « Nous observons, consternés, un système éducatif détourné de ses fondements républicains et de ses valeurs et ne pouvons nous taire ».</h3> <p class="spip">Dans une tribune publiée sur le site du Café Pédagogique, une quinzaine de hauts fonctionnaires du Ministère de l'Education Nationale (Dasen, inspecteurs généraux, cadres du ministère) dénoncent le double discours permanent de Jean-Michel Blanquer et les conséquences de sa politique pour l'école.</p> <p class="spip">« Le terrifiant verrouillage en cours du débat démocratique sur les enjeux et les finalités d'une École pour tous ne se fera pas avec notre contribution car nous ne voulons pas, nous, enseignants, formateurs, chercheurs, inspecteurs du premier et second degrés, inspecteurs généraux, directeurs académiques, cadres de l'administration centrale, trahir l'École de la République et ses idéaux. »</p> <p class="spip">Lire la suite sur <a href="http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2020/05/14052020Article637250435761243497.aspx" class="spip_out">le site du Café Pédagogique</a></p> "Statut des directeurs, le retour" : en pleine crise sanitaire, on prend les mêmes et on recommence ! http://39.snuipp.fr/spip.php?article2662 <p class="spip">Compte tenu de l'épidémie que nous traversons et du passif entourant la question du « statut des directeurs » (dernière mobilisation en date l'année dernière contre la loi Blanquer) on aurait pu croire que pour le gouvernement, il y aurait d'autres priorités pour l'école que d'y envisager une nouvelle répartition des pouvoirs.</p> <p class="spip">Eh bien non, du moins si l'on en juge par la proposition de loi déposée mardi dernier en vue de créer la « fonction de directeur d'école ». <strong class="spip"></p> <h3 class="spip"> On prend les mêmes et on recommence...</h3> <p class="spip"></strong></p> <p class="spip">Cette proposition de loi a été présentée le 12 mai 2020 par Cécile Rilhac en compagnie de 21 autres députés LREM. Elle avait déjà été à l'origine en 2018, avec la députée LR Valérie Bazin-Malgras, d'une proposition de loi visant à fusionner maternelles et élémentaires sous la coupe de directeurs supérieurs hiérarchiques rattachés au principal du collège. C'est précisément cette proposition qui avait accouché des EPSF, point central de la loi Blanquer sur lequel le ministre avait dû reculer face à la mobilisation enseignante.</p> <p class="spip">Rebelote après le suicide de notre camarade Christine Renon, où la même Cécile Rilhac a tenté de ressortir les EPEP du placard. Elle attendait donc une nouvelle "fenêtre" et l'épidémie lui en donne l'occasion.</p> <p class="spip">Véritable obsession ministérielle, ce projet de loi est donc sans surprise dans son contenu : sous-couvert de "l'originalité" rappelée du système français qui n'a pas de chefs d'établissement dans le 1er degré, c'est un moyen d'institutionnaliser la territorialisation de l'éducation nationale déjà bien engagée, particulièrement depuis la réforme de rythmes scolaires, ainsi que les pouvoirs croissants donnés aux recteurs-trices qui s'affranchissent bien souvent des consignes de la rue de Grenelle.</p> <h3 class="spip">D'abord on brosse dans le sens du poil...</h3> <p class="spip"><strong class="spip"> - Affirmation des « missions essentielles du directeur d'école »,</p> <p class="spip">- « Tel un chef d'orchestre il met en musique la partition de chacun pour créer une symphonie harmonieuse où chacun peut s'épanouir. »</p> <p class="spip">- « Les directeurs ne sont plus chargés des activités pédagogiques complémentaires (APC). »</p> <p class="spip">- « Pour les directeurs d'écoles de plus de 8 classes, il est précisé qu'ils ne sont plus chargés de classe. »</p> <p class="spip">- « Une bonification indemnitaire leur est attribuée et un avancement de carrière spécifique en favorisant une progression de carrière</p> <p class="spip">accélérée, en dehors des contingents réservés aux enseignants. »</strong></p> <h3 class="spip">Vient ensuite l'objectif institutionnel</h3> <p class="spip"><strong class="spip"> - « Le directeur est décisionnaire lors des débats qu'il organise pour assurer le bon fonctionnement de l'école sur le plan pédagogique comme sur celui de la vie de l'école »</p> <p class="spip">- « Il a autorité pour prendre des décisions en lien avec ses différentes missions ainsi que sur les personnels qui sont sous sa responsabilité durant le temps scolaire, sans en être le responsable hiérarchique ». Le projet de texte précise : « il est délégataire de l'autorité académique pour le bon fonctionnement de l'école dont il a la direction ». Autrement dit, il change de camp.</p> <p class="spip">- Une phrase à lire en lien avec le contexte actuel : « en cas de graves dysfonctionnements de son établissement ou de mise en danger des personnes, il peut prendre toutes dispositions nécessaires pour rétablir le bon fonctionnement et la sécurité des biens et des personnes »</p> <p class="spip">- L'article 2 crée « un emploi fonctionnel pour les directeurs d'école. Ainsi, sans changer de corps, il est reconnu la spécificité de leurs missions et responsabilités. »</p> <p class="spip">- « Une feuille de route sera donc établie au niveau national, encadrant la fonction selon les missions stipulées dans le référentiel métier publié au BO de décembre 2014. Cette feuille de route pourra, par exemple, être personnalisée par le DASEN pour tenir compte des compétences du directeur, des spécificités du poste, du projet d'école ou encore des particularités territoriales. » En clair : généralisation des postes à profil pour la direction d'école.</p> <p class="spip">- « Dans les écoles de 8 classes et plus, le directeur n'est pas chargé de classe. Il participe à l'encadrement du système éducatif et aux actions d'éducation et peut donc se voir confier d'autres fonctions concourant à l'exécution du service public d'éducation. En fonction de la feuille de route définissant l'emploi fonctionnel, il peut être chargé de missions d'enseignement [des directeurs joueraient donc le rôle de "moyen sup" que le gouvernement a supprimés par ailleurs avec la fin des PDMQDC], d'accompagnement [viserait on ici a remplacer les CPC ?], de formation [prise en charge de la "formation continue" des adjoints par les directeurs ?] ou de coordination, lorsque sa mission de direction n'est pas à temps plein." [...] (pôles inclusifs d'accompagnement localisés (Pial), réseaux d'éducation prioritaire (REP), Réseau d'éducation prioritaire renforcé (Rep renforcé), regroupement pédagogique intercommunal (RPI)). » </strong></p> <h3 class="spip"> Enfin, quelques vœux pieux</h3> <p class="spip"><strong class="spip">Pour l'aide à la direction : il est proposé aux « communes ou communautés de communes ayant la compétence scolaire de mettre à disposition du directeur d'école une aide de conciergerie ou une aide administrative, en fonction des besoins exprimés par le conseil d'école. » L'allègement des tâches : lors des élections des représentants des parents d'élèves, « les représentants d'une liste unique [seront] élus directement sans organisation ni matérielle ni par correspondance des élections. » L'allègement des responsabilités : « le PPMS ne doit pas être supprimé mais pris en charge par des personnels compétents en matière de sécurité. L'écriture du PPMS et la lourdeur administrative qui l'accompagne sont devenues une charge très lourde dans le quotidien du directeur d'école, tant sur le plan administratif qu'en terme de responsabilité. »</p> <p class="spip">Des vœux pieux donc, mais de vraies promesses de nouvelles tâches qui viseraient à transformer les directrice.teur.s en "managers", véritables courroies de transmission des directives hiérarchiques. Ce n'est pas tant un "chef d'orchestre" qu'un "homme orchestre" que dessine ce projet de loi !</strong></p> <h3 class="spip"> <strong class="spip"> <i class="spip">Ce projet de loi est pour le SNUipp-FSU une occasion de rappeler partout que l'absence de statut ou d'emploi fonctionnel pour les directrice.teur.s d'écoles est protecteur pour eux. S'ils et elles ont un travail monstre dans la période, contrairement aux chefs d'établissement ou aux IEN ils n'ont pas les mêmes responsabilités ! C'est bien ce qui ennuie le ministère… <p class="spip">Tout cela ne revient pas par hasard en ce moment. Dans la situation actuelle, même si la charge de travail engendrée est monstrueuse et malgré le poids qui pèse sur les épaules des directeur.trice.s, le statut actuel des directions est relativement protecteur en terme de responsabilités. D'autant que le directeur a aujourd'hui la possibilité de s'appuyer sur son conseil des maîtres dans une démarche collective.</p> <p class="spip">Qu'en serait-il demain avec ce projet de loi ? La réponse ne peut qu'inquiéter et l'on ne peut s'empêcher de repenser à notre collègue Christine Renon...</i> </strong></p> </h3> Tue, 19 May 2020 10:16:20 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Compte tenu de l'épidémie que nous traversons et du passif entourant la question du « statut des directeurs » (dernière mobilisation en date l'année dernière contre la loi Blanquer) on aurait pu croire que pour le gouvernement, il y aurait d'autres priorités pour l'école que d'y envisager une nouvelle répartition des pouvoirs.</p> <p class="spip">Eh bien non, du moins si l'on en juge par la proposition de loi déposée mardi dernier en vue de créer la « fonction de directeur d'école ». <strong class="spip"></p> <h3 class="spip"> On prend les mêmes et on recommence...</h3> <p class="spip"></strong></p> <p class="spip">Cette proposition de loi a été présentée le 12 mai 2020 par Cécile Rilhac en compagnie de 21 autres députés LREM. Elle avait déjà été à l'origine en 2018, avec la députée LR Valérie Bazin-Malgras, d'une proposition de loi visant à fusionner maternelles et élémentaires sous la coupe de directeurs supérieurs hiérarchiques rattachés au principal du collège. C'est précisément cette proposition qui avait accouché des EPSF, point central de la loi Blanquer sur lequel le ministre avait dû reculer face à la mobilisation enseignante.</p> <p class="spip">Rebelote après le suicide de notre camarade Christine Renon, où la même Cécile Rilhac a tenté de ressortir les EPEP du placard. Elle attendait donc une nouvelle "fenêtre" et l'épidémie lui en donne l'occasion.</p> <p class="spip">Véritable obsession ministérielle, ce projet de loi est donc sans surprise dans son contenu : sous-couvert de "l'originalité" rappelée du système français qui n'a pas de chefs d'établissement dans le 1er degré, c'est un moyen d'institutionnaliser la territorialisation de l'éducation nationale déjà bien engagée, particulièrement depuis la réforme de rythmes scolaires, ainsi que les pouvoirs croissants donnés aux recteurs-trices qui s'affranchissent bien souvent des consignes de la rue de Grenelle.</p> <h3 class="spip">D'abord on brosse dans le sens du poil...</h3> <p class="spip"><strong class="spip"> - Affirmation des « missions essentielles du directeur d'école »,</p> <p class="spip">- « Tel un chef d'orchestre il met en musique la partition de chacun pour créer une symphonie harmonieuse où chacun peut s'épanouir. »</p> <p class="spip">- « Les directeurs ne sont plus chargés des activités pédagogiques complémentaires (APC). »</p> <p class="spip">- « Pour les directeurs d'écoles de plus de 8 classes, il est précisé qu'ils ne sont plus chargés de classe. »</p> <p class="spip">- « Une bonification indemnitaire leur est attribuée et un avancement de carrière spécifique en favorisant une progression de carrière</p> <p class="spip">accélérée, en dehors des contingents réservés aux enseignants. »</strong></p> <h3 class="spip">Vient ensuite l'objectif institutionnel</h3> <p class="spip"><strong class="spip"> - « Le directeur est décisionnaire lors des débats qu'il organise pour assurer le bon fonctionnement de l'école sur le plan pédagogique comme sur celui de la vie de l'école »</p> <p class="spip">- « Il a autorité pour prendre des décisions en lien avec ses différentes missions ainsi que sur les personnels qui sont sous sa responsabilité durant le temps scolaire, sans en être le responsable hiérarchique ». Le projet de texte précise : « il est délégataire de l'autorité académique pour le bon fonctionnement de l'école dont il a la direction ». Autrement dit, il change de camp.</p> <p class="spip">- Une phrase à lire en lien avec le contexte actuel : « en cas de graves dysfonctionnements de son établissement ou de mise en danger des personnes, il peut prendre toutes dispositions nécessaires pour rétablir le bon fonctionnement et la sécurité des biens et des personnes »</p> <p class="spip">- L'article 2 crée « un emploi fonctionnel pour les directeurs d'école. Ainsi, sans changer de corps, il est reconnu la spécificité de leurs missions et responsabilités. »</p> <p class="spip">- « Une feuille de route sera donc établie au niveau national, encadrant la fonction selon les missions stipulées dans le référentiel métier publié au BO de décembre 2014. Cette feuille de route pourra, par exemple, être personnalisée par le DASEN pour tenir compte des compétences du directeur, des spécificités du poste, du projet d'école ou encore des particularités territoriales. » En clair : généralisation des postes à profil pour la direction d'école.</p> <p class="spip">- « Dans les écoles de 8 classes et plus, le directeur n'est pas chargé de classe. Il participe à l'encadrement du système éducatif et aux actions d'éducation et peut donc se voir confier d'autres fonctions concourant à l'exécution du service public d'éducation. En fonction de la feuille de route définissant l'emploi fonctionnel, il peut être chargé de missions d'enseignement [des directeurs joueraient donc le rôle de "moyen sup" que le gouvernement a supprimés par ailleurs avec la fin des PDMQDC], d'accompagnement [viserait on ici a remplacer les CPC ?], de formation [prise en charge de la "formation continue" des adjoints par les directeurs ?] ou de coordination, lorsque sa mission de direction n'est pas à temps plein." [...] (pôles inclusifs d'accompagnement localisés (Pial), réseaux d'éducation prioritaire (REP), Réseau d'éducation prioritaire renforcé (Rep renforcé), regroupement pédagogique intercommunal (RPI)). » </strong></p> <h3 class="spip"> Enfin, quelques vœux pieux</h3> <p class="spip"><strong class="spip">Pour l'aide à la direction : il est proposé aux « communes ou communautés de communes ayant la compétence scolaire de mettre à disposition du directeur d'école une aide de conciergerie ou une aide administrative, en fonction des besoins exprimés par le conseil d'école. » L'allègement des tâches : lors des élections des représentants des parents d'élèves, « les représentants d'une liste unique [seront] élus directement sans organisation ni matérielle ni par correspondance des élections. » L'allègement des responsabilités : « le PPMS ne doit pas être supprimé mais pris en charge par des personnels compétents en matière de sécurité. L'écriture du PPMS et la lourdeur administrative qui l'accompagne sont devenues une charge très lourde dans le quotidien du directeur d'école, tant sur le plan administratif qu'en terme de responsabilité. »</p> <p class="spip">Des vœux pieux donc, mais de vraies promesses de nouvelles tâches qui viseraient à transformer les directrice.teur.s en "managers", véritables courroies de transmission des directives hiérarchiques. Ce n'est pas tant un "chef d'orchestre" qu'un "homme orchestre" que dessine ce projet de loi !</strong></p> <h3 class="spip"> <strong class="spip"> <i class="spip">Ce projet de loi est pour le SNUipp-FSU une occasion de rappeler partout que l'absence de statut ou d'emploi fonctionnel pour les directrice.teur.s d'écoles est protecteur pour eux. S'ils et elles ont un travail monstre dans la période, contrairement aux chefs d'établissement ou aux IEN ils n'ont pas les mêmes responsabilités ! C'est bien ce qui ennuie le ministère… <p class="spip">Tout cela ne revient pas par hasard en ce moment. Dans la situation actuelle, même si la charge de travail engendrée est monstrueuse et malgré le poids qui pèse sur les épaules des directeur.trice.s, le statut actuel des directions est relativement protecteur en terme de responsabilités. D'autant que le directeur a aujourd'hui la possibilité de s'appuyer sur son conseil des maîtres dans une démarche collective.</p> <p class="spip">Qu'en serait-il demain avec ce projet de loi ? La réponse ne peut qu'inquiéter et l'on ne peut s'empêcher de repenser à notre collègue Christine Renon...</i> </strong></p> </h3> Un protocole sanitaire et un calendrier intenables, une mise sous pression des enseignant-es inacceptable http://39.snuipp.fr/spip.php?article2650 <p class="spip">Le SNUipp-FSU utilisera tous les moyens pour que, face à toutes les incohérences et les impossibilités relevées dans le projet de protocole, le ministère fasse machine arrière sur la réouverture des écoles et reporte le retour des élèves quand l'évolution de la pandémie le permettra et si toutes les garanties sanitaires sont fournies. Il devra se faire en concertation avec l'ensemble de la communauté éducative, et approuvé par les conseils d'école.</p> <h3 class="spip"> <strong class="spip">Le SNUipp-FSU39 appelle les équipes à se positionner collectivement et à interpeller la hiérarchie qui doit assumer ses responsabilités : <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> en renvoyant tous les questionnements et alertes à l'IEN <br /><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> en rédigeant une motion d'alerte de conseil des maîtres : proposition de modèle à compléter, amender, à soumettre aux parents délégués (qui peuvent s'y associer ou faire leur courrier propre) à l'envoyer à l'inspection.</strong></p> </h3> <p class="spip">Nous avons, à plusieurs reprises, interpellé l'Inspecteur d'Académie sur le plan de déconfinement dans les écoles.</p> <p class="spip">Nous avons :</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> pointé la contradiction entre l'avis du conseil scientifique et l'annonce du 11,</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> demandé que cette reprise soit reportée</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> demandé que cette reprise soit préparée en concertation avec tous les acteurs de l'école avec un temps de préparation pour les équipes,</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> pointé l'improvisation à l'œuvre dans la préparation et la communication,(dernier couac en date : demande aux parents de se prononcer alors qu'ils n'ont pas d'information sur l'organisation ni les règles sanitaires !!!)</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> alerté sur l'impossibilité d'accueillir les enfants de maternelle dans les conditions sanitaires exigées.</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> demandé que le point de vue des enseignants et des représentants de parents pèse dans la validation ou non de l'ouverture.</p> <p class="spip">L'IA a refusé toutes nos propositions. Il n'a pas su non plus répondre à nos questions précises sur le protocole, concernant le respect de la santé et de la sécurité au travail des enseignants, concernant la place des directeurs.</p> <p class="spip">Le projet de protocole sanitaire national est maintenant connu (voir pj). Il a été discuté le 30 avril au niveau national en CHSCTM.</p> <p class="spip">Connaître ces règles sanitaires permet ensuite de voir la faisabilité de leur application au niveau local, la possibilité d'ouverture de l'école, la capacité d'accueil et sa réorganisation.</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Ce document liste les conditions sanitaires incontournables à la réouverture des écoles. En leur absence, l'école ne pourra pas rouvrir. Il engage aussi bien le Ministère de l'Éducation Nationale que les collectivités territoriales. Il a vocation à évoluer en fonction des normes sanitaires mais également des retours du terrain. Il doit également être validé par le ministère des solidarités et de la santé.</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Ce référentiel sanitaire s'accompagnera de deux autres documents : une doctrine d'accueil, comprenant le versant Ressources Humaines mais également des précisions sur l'accueil par exemple des élèves à besoins éducatifs particuliers ou encore la situation des AESH et un guide pédagogique. Ces documents seront présentés lors du CTM (Comité Technique Ministériel) qui se tiendra le 5 mai prochain. Depuis quelques jours, les équipes d'écoles, sont sollicitées par les IEN, dont les réponses et consignes différent selon les circonscriptions, pour commencer à réfléchir à une potentielle réouverture des écoles et à son organisation, tout cela à distance, dans l'urgence et la précipitation.Alors, maintenant que le projet de protocole sanitaire est paru, il n'y a plus qu'à !!! A le lire, se l'approprier, se former, informer...pour confirmer si besoin était que la plupart des mesures sont inapplicables dans les écoles ! Voir notre décryptage en PJ et une liste de premières questions.</p> <p class="spip">De nombreux points de ce protocole seront, en effet, impossibles à mettre en œuvre avec des enfants. Assurer la distanciation physique de 1 m à tous les moments de la journée (accueil, classe, récréation, passage aux sanitaires, pause méridienne...) et supprimer le matériel collectif et les jeux (y compris en maternelle), n'est pas possible.</p> <p class="spip">L'avenir scolaire des élèves les plus éloigné.es de l'école, les conditions de vie des élèves issu.es des classes sociales défavorisées nous préoccupent évidemment. Cependant, cela ne peut pas nous amener à accepter des risques inconsidérés pour ces mêmes élèves, leurs familles et les personnels, alors que l'impréparation du gouvernement est totale. Par ailleurs à aucun moment ce qui peut s'ouvrir dans les conditions définies par le protocole ne ressemblera à une école, il ne faut pas le cacher aux parents comme le fait la communication ministérielle.</p> Mon, 04 May 2020 13:13:15 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Le SNUipp-FSU utilisera tous les moyens pour que, face à toutes les incohérences et les impossibilités relevées dans le projet de protocole, le ministère fasse machine arrière sur la réouverture des écoles et reporte le retour des élèves quand l'évolution de la pandémie le permettra et si toutes les garanties sanitaires sont fournies. Il devra se faire en concertation avec l'ensemble de la communauté éducative, et approuvé par les conseils d'école.</p> <h3 class="spip"> <strong class="spip">Le SNUipp-FSU39 appelle les équipes à se positionner collectivement et à interpeller la hiérarchie qui doit assumer ses responsabilités : <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> en renvoyant tous les questionnements et alertes à l'IEN <br /><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> en rédigeant une motion d'alerte de conseil des maîtres : proposition de modèle à compléter, amender, à soumettre aux parents délégués (qui peuvent s'y associer ou faire leur courrier propre) à l'envoyer à l'inspection.</strong></p> </h3> <p class="spip">Nous avons, à plusieurs reprises, interpellé l'Inspecteur d'Académie sur le plan de déconfinement dans les écoles.</p> <p class="spip">Nous avons :</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> pointé la contradiction entre l'avis du conseil scientifique et l'annonce du 11,</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> demandé que cette reprise soit reportée</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> demandé que cette reprise soit préparée en concertation avec tous les acteurs de l'école avec un temps de préparation pour les équipes,</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> pointé l'improvisation à l'œuvre dans la préparation et la communication,(dernier couac en date : demande aux parents de se prononcer alors qu'ils n'ont pas d'information sur l'organisation ni les règles sanitaires !!!)</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> alerté sur l'impossibilité d'accueillir les enfants de maternelle dans les conditions sanitaires exigées.</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> demandé que le point de vue des enseignants et des représentants de parents pèse dans la validation ou non de l'ouverture.</p> <p class="spip">L'IA a refusé toutes nos propositions. Il n'a pas su non plus répondre à nos questions précises sur le protocole, concernant le respect de la santé et de la sécurité au travail des enseignants, concernant la place des directeurs.</p> <p class="spip">Le projet de protocole sanitaire national est maintenant connu (voir pj). Il a été discuté le 30 avril au niveau national en CHSCTM.</p> <p class="spip">Connaître ces règles sanitaires permet ensuite de voir la faisabilité de leur application au niveau local, la possibilité d'ouverture de l'école, la capacité d'accueil et sa réorganisation.</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Ce document liste les conditions sanitaires incontournables à la réouverture des écoles. En leur absence, l'école ne pourra pas rouvrir. Il engage aussi bien le Ministère de l'Éducation Nationale que les collectivités territoriales. Il a vocation à évoluer en fonction des normes sanitaires mais également des retours du terrain. Il doit également être validé par le ministère des solidarités et de la santé.</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Ce référentiel sanitaire s'accompagnera de deux autres documents : une doctrine d'accueil, comprenant le versant Ressources Humaines mais également des précisions sur l'accueil par exemple des élèves à besoins éducatifs particuliers ou encore la situation des AESH et un guide pédagogique. Ces documents seront présentés lors du CTM (Comité Technique Ministériel) qui se tiendra le 5 mai prochain. Depuis quelques jours, les équipes d'écoles, sont sollicitées par les IEN, dont les réponses et consignes différent selon les circonscriptions, pour commencer à réfléchir à une potentielle réouverture des écoles et à son organisation, tout cela à distance, dans l'urgence et la précipitation.Alors, maintenant que le projet de protocole sanitaire est paru, il n'y a plus qu'à !!! A le lire, se l'approprier, se former, informer...pour confirmer si besoin était que la plupart des mesures sont inapplicables dans les écoles ! Voir notre décryptage en PJ et une liste de premières questions.</p> <p class="spip">De nombreux points de ce protocole seront, en effet, impossibles à mettre en œuvre avec des enfants. Assurer la distanciation physique de 1 m à tous les moments de la journée (accueil, classe, récréation, passage aux sanitaires, pause méridienne...) et supprimer le matériel collectif et les jeux (y compris en maternelle), n'est pas possible.</p> <p class="spip">L'avenir scolaire des élèves les plus éloigné.es de l'école, les conditions de vie des élèves issu.es des classes sociales défavorisées nous préoccupent évidemment. Cependant, cela ne peut pas nous amener à accepter des risques inconsidérés pour ces mêmes élèves, leurs familles et les personnels, alors que l'impréparation du gouvernement est totale. Par ailleurs à aucun moment ce qui peut s'ouvrir dans les conditions définies par le protocole ne ressemblera à une école, il ne faut pas le cacher aux parents comme le fait la communication ministérielle.</p> Les enseignants ne sont pas des urgentistes ! par Laurence de Cock http://39.snuipp.fr/spip.php?article2654 <p class="spip">Vous trouverez ci dessous le lien pour la lecture d'un article de Laurence de Cock dans Médiapart... <a href="https://blogs.mediapart.fr/laurence-de-cock/blog/010520/les-enseignants-ne-sont-pas-des-urgentistes" class="spip_out">Cliquez</a></p> <p class="spip">Faites vite, vite, très vite, demain, il faut reprendre… De la précipitation au précipice, tout est prêt.... Bonne lecture</p> Mon, 04 May 2020 11:17:00 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Vous trouverez ci dessous le lien pour la lecture d'un article de Laurence de Cock dans Médiapart... <a href="https://blogs.mediapart.fr/laurence-de-cock/blog/010520/les-enseignants-ne-sont-pas-des-urgentistes" class="spip_out">Cliquez</a></p> <p class="spip">Faites vite, vite, très vite, demain, il faut reprendre… De la précipitation au précipice, tout est prêt.... Bonne lecture</p> <dl class='spip_document_2196 spip_documents spip_documents_left' style='float:left;width:120px;'> <dt><img src='http://39.snuipp.fr/IMG/png/logo-mouvement-39-3.png' width='58' height='80' alt='PNG - 23.7 ko' /></dt> </dl> Mouvement 2020, pensez à remplir vos fiches de contrôle syndical ! http://39.snuipp.fr/spip.php?article1580 Grâce au <a href="http://e-mouvement.snuipp.fr/39" class="spip_out">e-mouvement</a>, vous pouvez calculer votre barème, avoir connaissance des règles du mouvement ainsi que des dates. Vous pouvez déposer votre liste de voeux grâce à votre fichier pdf généré à partir de i-prof ou en remplissant la liste. Sat, 02 May 2020 11:40:00 +0200 SNUipp du Jura Grâce au <a href="http://e-mouvement.snuipp.fr/39" class="spip_out">e-mouvement</a>, vous pouvez calculer votre barème, avoir connaissance des règles du mouvement ainsi que des dates. Vous pouvez déposer votre liste de voeux grâce à votre fichier pdf généré à partir de i-prof ou en remplissant la liste. <dl class='spip_document_3702 spip_documents spip_documents_left' style='float:left;width:120px;'> <dt><img src='http://39.snuipp.fr/IMG/png/logo-mouvement-39_petite-2.png' width='100' height='137' alt='PNG - 35.5 ko' /></dt> </dl> RIS Mouvement en visio-conférence semaine du 4 au 7 mai http://39.snuipp.fr/spip.php?article2634 <p class="spip">Comme nous vous l'avions annoncé, nous organisons <strong class="spip">la semaine du 4 au 11 mai</strong> des Réunions d'Informations Syndicales par visio-conférence sur le thème du Mouvement 2020.</p> <p class="spip">Elles sont à destination de toutes personnes en demande d'informations, que vous soyez obligé.es ou non de participer à ce mouvement 2020.</p> <p class="spip">Elles seront pour nous l'occasion, grâce à un diaporama, d'expliquer et de décrypter la circulaire collectivement, de présenter les documents, le fonctionnement du logiciel, le calcul du barème… Elles seront aussi un moyen d'échanger avec vous, de répondre à vos questions.</p> <p class="spip">Nous vous proposons plusieurs moments car le logiciel de visio-conférence que nous utiliserons ne peut accueillir pas plus de 50 personnes à la fois.</p> <p class="spip">Nous avons découpé ces visio-conférences par circonscriptions + une spéciale « début de carrière » pour les PES, T1, T2 et T3 car les demandes et problématiques abordées sont parfois différentes et spécifiques.</p> <p class="spip">Nous vous proposons donc les modalités suivantes :</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Circonscription de Lons Nord et Lons Sud Mardi 5 mai de 9h30 à 12h</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> PES, T1, T2 et T3 Mardi 5 mai de 13h30 à 16h</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Circonscription de Champagnole et Saint- Claude Mercredi 6 mai de 9h30 à 12h</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Circonscription de Dole Nord et Dole Sud Jeudi 7 mai de 9h30 à 12h</p> <p class="spip">Remarques : Les collègues arrivant d'autres départements peuvent se connecter à la visio-conférence qui les accorde le plus.</p> <p class="spip">Si bien évidemment vous avez un empêchement sur un des créneaux proposés, vous pouvez vous connectez à un autre.</p> <p class="spip">Nous prendrons un quart d'heure au début de chacune des visios pour attendre que tout le monde puisse se connecter.</p> <p class="spip">Le lien pour se connecter à la visio-conférence est le suivant : <a href="https://snuipp.whereby.com/snu39" class="spip_out">cliquez ici </a> Faites si vous le pouvez des essais de caméra et de son avant !!</p> <p class="spip">N'oubliez pas que dès l'ouverture du serveur lundi 4 mai, nous mettrons aussi à votre disposition un e-dossier dans lequel vous aurez des éclairages sur les règles du mouvement, vous pourrez calculer et vérifier votre barème, nous déposer vos vœux pour relecture.<a href="https://e-mouvement.snuipp.fr/39" class="spip_out"> Vous pouvez y accéder en cliquant ici !</a></p> <p class="spip">Pour répondre à des questions plus personnelles vous pouvez envoyer un mail à snu39@snuipp.fr, nous vous répondrons le plus rapidement possible.</p> <p class="spip">Si vous souhaitez parler à l'un ou l'une d'entre nous en direct pour poser une question, évoquer un cas particulier, envoyez un mail avec votre numéro de téléphone et nous conviendrons d'un RDV téléphonique.</p> <p class="spip">Ne restez pas isolé(e), notre force c'est le collectif, l'information, les échanges, le partage d'expérience. Alors n'hésitez pas à nous contacter !</p> Fri, 01 May 2020 14:37:00 +0200 SNUipp du Jura <p class="spip">Comme nous vous l'avions annoncé, nous organisons <strong class="spip">la semaine du 4 au 11 mai</strong> des Réunions d'Informations Syndicales par visio-conférence sur le thème du Mouvement 2020.</p> <p class="spip">Elles sont à destination de toutes personnes en demande d'informations, que vous soyez obligé.es ou non de participer à ce mouvement 2020.</p> <p class="spip">Elles seront pour nous l'occasion, grâce à un diaporama, d'expliquer et de décrypter la circulaire collectivement, de présenter les documents, le fonctionnement du logiciel, le calcul du barème… Elles seront aussi un moyen d'échanger avec vous, de répondre à vos questions.</p> <p class="spip">Nous vous proposons plusieurs moments car le logiciel de visio-conférence que nous utiliserons ne peut accueillir pas plus de 50 personnes à la fois.</p> <p class="spip">Nous avons découpé ces visio-conférences par circonscriptions + une spéciale « début de carrière » pour les PES, T1, T2 et T3 car les demandes et problématiques abordées sont parfois différentes et spécifiques.</p> <p class="spip">Nous vous proposons donc les modalités suivantes :</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Circonscription de Lons Nord et Lons Sud Mardi 5 mai de 9h30 à 12h</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> PES, T1, T2 et T3 Mardi 5 mai de 13h30 à 16h</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Circonscription de Champagnole et Saint- Claude Mercredi 6 mai de 9h30 à 12h</p> <p class="spip"><img src="http://39.snuipp.fr/puce.gif" width="16" height="14" alt="-" /> Circonscription de Dole Nord et Dole Sud Jeudi 7 mai de 9h30 à 12h</p> <p class="spip">Remarques : Les collègues arrivant d'autres départements peuvent se connecter à la visio-conférence qui les accorde le plus.</p> <p class="spip">Si bien évidemment vous avez un empêchement sur un des créneaux proposés, vous pouvez vous connectez à un autre.</p> <p class="spip">Nous prendrons un quart d'heure au début de chacune des visios pour attendre que tout le monde puisse se connecter.</p> <p class="spip">Le lien pour se connecter à la visio-conférence est le suivant : <a href="https://snuipp.whereby.com/snu39" class="spip_out">cliquez ici </a> Faites si vous le pouvez des essais de caméra et de son avant !!</p> <p class="spip">N'oubliez pas que dès l'ouverture du serveur lundi 4 mai, nous mettrons aussi à votre disposition un e-dossier dans lequel vous aurez des éclairages sur les règles du mouvement, vous pourrez calculer et vérifier votre barème, nous déposer vos vœux pour relecture.<a href="https://e-mouvement.snuipp.fr/39" class="spip_out"> Vous pouvez y accéder en cliquant ici !</a></p> <p class="spip">Pour répondre à des questions plus personnelles vous pouvez envoyer un mail à snu39@snuipp.fr, nous vous répondrons le plus rapidement possible.</p> <p class="spip">Si vous souhaitez parler à l'un ou l'une d'entre nous en direct pour poser une question, évoquer un cas particulier, envoyez un mail avec votre numéro de téléphone et nous conviendrons d'un RDV téléphonique.</p> <p class="spip">Ne restez pas isolé(e), notre force c'est le collectif, l'information, les échanges, le partage d'expérience. Alors n'hésitez pas à nous contacter !</p>