SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Actualité > Temps partiels : gestion des ressources..." inhumaine" épisode (...)
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 24 mars

Temps partiels : gestion des ressources..." inhumaine" épisode 2

Après des refus massifs l’an dernier, et alors qu’en 2021 le SNUipp-FSU avait dû rappeler à l’administration le respect de la procédure auprès des personnels, le new management express ayant zappé l’examen des dossiers médicaux préalable au refus et l’entretien préalable à l’avis,

Nous nous retrouvons cette année devant ce qui relève d’un mépris renouvelé et même amplifié.

- Les collègues sont destinataires d’un courrier les informant d’un refus potentiel.

- Concernant les demandes pour raison de santé, aucun dossier médical n’est parvenu au médecin du rectorat ( sur quoi se base ce refus potentiel ????)

- Les collègues concerné.es par un "potentiel refus" sont convié.es à un échange en visio sur le temps scolaire, sans remplacement.

On sait les dégâts que cette gestion et ces refus ont produit l’an dernier ( arrêts maladie longs, burn out, remise en cause par les collègues concerné.es de leur rapport au métier et à leur avenir dans l’éducation...) Tout l’inverse de ce dont l’éducation nationale a besoin en ce moment. Nous condamnons cette politique inhumaine qui produit du mal être et de la défiance.

Suite à des retours de collègues, nous avons contacté les services de la DSDEN qui reconnaissent certains dysfonctionnements mais assument la procédure. Nous demandons ce jour une audience auprès du DASEN. Nous exigerons :
- que tous les dossiers médicaux soient examinés par le médecin du rectorat en amont de l’entretien.
- que ces entretiens se déroulent soit sur temps scolaire avec remplacement, soit hors temps scolaire si les collègues le souhaitent.
- de rompre avec cette procédure qui met à mal les collègues et va à l’encontre du respect de la santé au travail.

Nous rappellerons que ces pratiques pourront faire l’objet d’un signalement en CHSCT départemental, voire académique.