SNUipp-FSU du Jura : Nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons !

vous etes ici Accueil du site > Actualité > Protocole 3 et autres joyeusetés
fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
publie 18 septembre 2020

Protocole 3 et autres joyeusetés

Alertée par sa grand-mère qui a regardé le journal de 13h sur France 2, Brigitte S. professeur des écoles cherche à lire le nouveau protocole sanitaire à digérer afin d’informer parents et collègues pour... ce lundi !!

Aïe : elle ne le trouve nulle part. Et pour cause : seuls les médias ont été alertés, comme c’est de plus en plus souvent la coutume.

Personne ne sait rien : ni les enseignants (1ers concernés), ni les personnels des services de l’Inspection, ni son ministre qui reste muet comme une carpe.

Brigitte avait prévu une randonnée en famille au crêt Pela ce week-end.

Y’en a marre ! Elle ne reportera pas cette sortie ressourçante dont elle a bien besoin. Le mépris ça use...

Non, elle va plutôt lire le mail du SNUipp-FSU39... La réflexion collective, ça aide à respirer !

Toi aussi, comme Brigitte lis la suite.

Sommaire :

1- Après le "presque un mètre", le virus à sens unique

2- Distanciel et présentiel : le retour !

3- Enquête sur les conditions de reprise et de classe

4- Evaluations CP-CE1 :

5- Se Syndiquer pour résister ensemble !

1- Après le "presque un mètre", le virus à sens unique

En fin d’année scolaire dernière et depuis la rentrée scolaire 2020-2021, le SNUipp-FSU 39 n’a cessé d’alerter le DASEN sur la gestion désastreuse de la crise sanitaire par le ministère : manque de communication, absence de cadrage sanitaire tant au niveau des écoles que sur le plan des personnels , absence de réponse, réponses contradictoires ... le tout sur fond de manque de moyens et donc des collègues inquiet.es, déconcerté.es et interloqué.es.

Les résultats d’une situation créée par l’épidémie et par l’aveuglement de notre ministère qui n’alloue aucun moyen supplémentaire à l’Ecole sont sans appel : clusters qui se multiplient, manque de masques dans les écoles, masques "slip" inopérants, classes surchargées, conditions de travail dégradées, plus aucun moyen de remplacement disponible, personnels des écoles et des services qui portent à bout de bras la situation, courant après les informations.

Les équipes se sentent une nouvelle fois seules à devoir gérer la situation en urgence en attendant des informations de la circonscription, l’ARS ou la médecine de prévention ... qui n’arrivent parfois pas ou qui diffèrent d’une circo à l’autre !

Nous revoilà une nouvelle fois, toutes et tous, à devoir appréhender à la veille d’un week-end l’urgence au jour le jour.

Alors que le ministre de la santé vient d’annoncer un nouveau protocole sanitaire assoupli, dont on ne sait rien et qu’il faudra sûrement une nouvelle fois connaitre le contenu dans les médias, voilà cette fois-ci apparaitre le virus à sens unique qui évite d’interrompre la scolarité au risque d’exposer élèves, usagers et personnels des écoles à la contamination. Annonce qui tombe à pic quand les fermetures de classes et les isolements se multiplient et qu’il n’y a plus aucun moyen de remplacement !

Le communiqué de presse du SNUipp-FSU est en pièce jointe

2- Distanciel et présentiel : le retour !

Certains de nos collègues nous ont alerté sur les infos qui figurent sur le dépliant " Parents soyez prudents" à distribuer aux familles dans la partie continuité pédagogique( page 4). Ces documents ont été transmis à la circo de St Claude et de Dole Sud. En cas d’absence d’un élève, le document laisse entendre aux parents que l’enseignant de la classe pourrait mettre en place un suivi particulier à distance en même temps qu’il fait classe pour le reste de ses élèves. Pas de doute : la communication ministérielle suit sa ligne : mettre en difficulté les équipes face aux parents. Pousser les parents à exiger des enseignants ce qu’ils ne sont pas en mesure de faire, et pousser les enseignants à mettre en place "ma classe à la maison "contraint et forcé, dans l’urgence et sans concertation.

Nous nous sommes adressé.es à l’IA adjoint pour pointer cette aberration. Même si, suite à notre demande, la FAQ du groupe de travail du CHSCT a éclairci un peu ce point, nous appelons les collègues à ne pas transmettre ce document aux parents et nous rappelons que si un enfant est absent (malade, cas COVID, cas contact, en attente d’être testé) la communication avec les parents se fait dans les mêmes conditions qu’avant la pandémie.L’ enseignant de l’élève décide des modalités de transmission des leçons et devoirs le cas échéant. La continuité pédagogique (dont la forme est laissée à la liberté des équipes) ne s’applique qu’en cas de fermeture d’une classe, école, une fois le temps pris par les équipes pour la mettre en œuvre selon les modalités qu’elles choisissent. Ne mettons pas en berne notre liberté pédagogique, résister c’est respirer !

3- Enquête sur les conditions de reprise et de classe

Comme nous venons de l’écrire, cette rentrée 2020 s’effectue dans des conditions particulières ayant des conséquences sur les conditions de travail de tous les personnels quelque-soit leur statut.

Un comité d’hygiène et de sécurité au travail se réunit régulièrement au niveau local, des collègues du SNUipp-FSU y siègent pour faire remonter les difficultés dans les écoles.

Au niveau académique, ce comité se réunira le 1er octobre prochain. Les collègues de la FSU qui y siègent ont préparé un questionnaire, pour porter les problématiques de cette rentrée qui n’a rien de normale.

Nous appelons les équipes, les collègues à se saisir de cet outil en conseil des maîtres ou individuellement pour donner une photo sans filtre de ce mois de septembre éprouvant dans les écoles !

Et opposer la réalité du terrain aux discours publicitaires de notre ministre.

Cela ne vous prendra que quelques minutes pour répondre à l’enquête accessible via https://forms.gle/T5f4fhRYq7owxp669

4-Evaluations

Nous avons communiqué à plusieurs reprises sur le sujet, mais comme il nous l’a été demandé, nous rappelons notre consigne plus que jamais valable dans ce contexte :

- Ne pas faire passer ces évaluations CP, CE1 et reprendre la main sur l’évaluation de nos élèves

- A minima ne pas en faire remonter les résultats.

Elles sont un outil de pilotage de nos pédagogies, de nos formations, de nos carrières et mobilisent un temps que nous pourrions utiliser à autre chose pour la classe, l’école et nos élèves.

5- Se syndiquer pour résister ensemble

Cette rentrée doit être l’occasion de se poser cette question : pourquoi se syndiquer ou se resyndiquer ? Se syndiquer est un acte militant important car sans adhérent, il n’y a pas de syndicat...

Cette année si particulière a fait ressortir la nécessité d’un syndicalisme fort du nombre de ses adhérent·es.

Cet acte militant est important : le syndicat ne vit que par les cotisations de ses adhérent·es. Fort de ses 55 000 adhérent·es au niveau national et de ses résultats aux élections professionnelles, le SNUipp-FSU est le syndicat majoritaire des enseignant·es du 1er degré.

A l’offensive dans le combat contre la mise en place d’un système de retraites à points injuste et délétère, dans la rue au côté de tous les salarié.es du public comme du privé, à l’écoute et aux côtés des collègues durant le confinement et pendant la période de réouverture des écoles, le SNUipp-FSU s’est battu cette année comme toujours, au quotidien, pour une école ambitieuse pour la réussite de tous les élèves et pour faire avancer les droits des personnels.

Vous êtes nombreuses et nombreux à nous avoir dit ces derniers temps, combien les moments collectifs proposés et les accompagnements des situations individuelles vous avaient été précieux. Pour continuer ce travail, nos militant·es ont besoin de vous

Syndiquez-vous ! Comment ? Soit en renvoyant le bulletin reçu dans la VS soit en ligne sur le site

Le bureau du SNUipp39